Cosplay à Japan Expo – Partie 2 : World Cosplay Summit

Alors que Nikita rentrait de ses vacances d’été, le train la ramenant vers Paris, elle repensait avec nostalgie aux moments magiques passés à Japan Expo quelques mois plus tôt. Elle a profité de ce moment intime pour vous écrire un « Petit guide de la sélection française du WCS ».

wcsNikita fait du cosplay depuis 2006, elle a représenté la France au World Cosplay Summit en 2008 et 2010. Elle vous livre les conseils d’une vieille routarde des concours…

Petit rappel pour la forme.
J’ai participé la première fois au WCS en 2007 sans savoir vraiment ce que c’était. Mais le challenge m’a immédiatement séduite. C’est pourquoi, Sikay et moi nous sommes présentées à nouveau en 2008, cette fois en sachant très bien où nous allions. Et tant mieux, car nous avons remporté cette sélection. J’ai ensuite été jury pour la sélection en 2009. Nous nous sommes représentées en 2010 et avons de nouveau été choisies. Nous avons terminées 4èmes à la finale. J’ai ensuite été jury en 2011. Tentative à nouveau en 2012 mais cette fois nous avions mal choisi notre projet (j’y reviendrai plus tard) et de manière logique, nous n’avons pas été sélectionnées. Enfin,dernière actualité en date, j’ai été jury pour la sélection 2014.

japan expo wcs

Nikita et Sikay en Oluha et Suu de Clover – WCS 2008

En gros, j’ai un peu fait le tour de la question « WCS » et il me semble que je suis aujourd’hui légitime pour vous offrir un petit guide du participant.

Commençons par le plus évident.

Le WCS est un concours qui se fait par 2, à partir de 18 ans. Il faut avoir un passeport valable au moment du voyage et pouvoir se libérer la semaine de la finale au Japon (soit généralement la première semaine d’Août). Il faut présenter des costumes tirés d’œuvres japonaises uniquement. Exception faite des œuvres Shueisha, interdite pour des questions de droit.

Ako et Kalimshar en 2014 dans leurs costumes de parade issus de X de Clamp

Ako et Kalimshar en 2014 dans leurs costumes de parade issus de X de Clamp

Ce concours est différent. On ne choisit pas seulement une combinaison « costumes-presta » comme pour les autres concours. Il s’agit de sélectionner une« équipe de France », qui va non seulement se présenter à la finale, mais surtout représenter le cosplay français pendant 1 semaine à l’international. Une semaine chaude, stressante, chargée ! L’exposition médiatique est bien là, la communauté mondiale suit l’évènement. En conséquence, en cas d’indécision du jury, des tas de critères vont entrer dans la balance de la sélection.

Bien sûr, si votre costume+presta surclasse tout le monde et fait l’unanimité, le jury n’ira pas chercher la petite bête. Mais si ce n’est pas le cas, des critères spécifiques vont être soulevés par le jury.

Spécificité de la France : nous sommes parmi les derniers pays sélectionnés. L’équipe choisie est choisie « clé en main » c’est un package total qu’on envoie tel quel en final. Avec seulement 3 semaines de battement entre JE et le départ, impossible de modifier en profondeur la presta et les costumes. En conséquence, venez aux sélections prêts pour la finale.

En 2013 ce sont Orianne et son adorable petite soeur qui ont représenté la France, ici lors d'une animation dans un aéroport dans les costumes de Ciel et Madame Red

En 2013 ce sont Orianne et sa petite soeur qui ont représenté la France, ici lors d’une animation dans un aéroport dans les costumes de Ciel et Madame Red

les Costumes

La base est comme pour tous les concours de cosplay. Il faut réaliser soi-même un costume fidèle à l’image de référence, proprement réalisé. Comme pour tous les concours de Cosplay, la difficulté technique rentre aussi en compte lors du jugement. Un uniforme scolaire, aussi fidèle et propre soit-il, ne sera pas noté à la même hauteur qu’une grosse robe couverte de broderie. Le costume choisi doit évidemment permettre de bouger pour faire une presta qui compte pour 50% de la note. En fonction de la sensibilité du jury, l’originalité pourra être prise en compte. D’une manière générale, il est humain de préférer un costume qu’on a peu vu, qu’un cosplay qu’on a vu 20 fois, même très bien fait.

Spécificité du WCS : Le WCS est un show TV. Le jury sur place regardera les costumes de près, mais le monde entier les verra à travers un écran, sur scène. En cas d’égalité totale, des costumes plus visuels seront préférés. Ainsi des costumes avec peu de volumes, gris ou noirs, peu originaux pourront être pénalisés.NOTE IMPORTANTE : Le WCS se passe au Japon (Non sans blague…) ! Les costumes doivent pouvoir être transportés dans l’avion ! Toujours en cas d’égalité, le jury (de la sélection française, NdPopette) préférera un costume qui passe à coup sûr les limites de poids et de taille autorisés en soute (On ne sait jamais…peut-être que les participants n’ont pas les moyens de payer les suppléments que pourrait engendrer un surplus).

La Prestation

Le WCS fait la part belle à la performance. Et là, les critères sont plus nombreux et spécifiques. D’abord, comme pour tous les concours, on va être sensible au potentiel « divertissement » de la presta. Elle doit faire passer un bon moment (c’est à peu près le seul critère commun aux autres concours), et elle peut être de n’importe quel type : Drame, Humour, Action, Danse, Poésie… MAIS elle doit respecter l’œuvre originale. Impossible donc de danser Gangnam Style sur du Card Captor Sakura. Mais la parodie est possible ! Pour reprendre l’exemple de Card Captor Sakura, vous pouvez faire de l’humour et des allusions à la couture et au cosplay dans une presta Sakura-Tomoyo, dans la mesure où la passion de Tomoyo est de créer des costumes pour Sakura… et de la filmer !

C’est un exemple, hein 😛 !

Enfin voilà, vous pouvez faire tous les types de presta du moment que c’est fidèle.

La presta doit être bien répétée et sue, de petites erreurs sont tolérées (3 semaines pour corriger) mais le jury doit sentir que vous êtes prêts et que tout se passera bien dans le cadre infiniment plus stressant (et chaud !) de la finale.

Soyez moins ambitieux sur le costume et plus sur la presta ! J’ai fait l’erreur en 2012 de voir trop gros pour le costume… un mecha c’est bien en photo, quand il s’agit de faire une presta dedans, c’est moins cool.

Vous n’avez pas le droit d’utiliser les doublages officiels. Si votre presta comporte des dialogues, il faudra en fournir la traduction et vous préparer à l’enregistrer en japonais en cas de sélection. Sachez qu’en cas de doute ou d’égalité, une presta muette sera privilégiée. On a ainsi la garantie qu’elle sera transposée telle quelle à la finale.

Bunny Moon et Bunny Star en Magic Knight Rayearth ont proposé une prestation de magie rythmé !

Bunny Moon et Bunny Star en Magic Knight Rayearth ont proposé une prestation de magie rythmé !

Vous avez droit aux décors et aux props dans une limite de taille, de poids et de quantité décrite dans le règlement de la finale.

Comme pour toute presta cosplay, le décor doit être utile, poser un arbre et une pierre pour représenter la forêt c’est pas la peine…. Le  jury et le spectateur vont se concentrer dessus pour rien. Plus il y a d’éléments sur scène, plus on est distrait. Donc autant distraire le regard avec des choses intéressantes et utiles.

La prestation doit être universelle. Pas seulement compréhensible par les français en France et par les Japonais au Japon. L’histoire que vous racontez doit être claire pour tout le monde. Elle doit être tout public dans la mesure de la fidélité à l’œuvre. N’allez pas trop loin dans le gore, le sexy, le vulgaire.

Critère évident mais souvent oublié : comme pour les costumes, la difficulté entre en compte. Il est plus « simple » de faire une presta seulement playback ou acting sans décor ni accessoire qu’un combat, une choré, un changement de décor ou de costume. Donc à moins qu’on trouve le sublime dans la simplicité absolue (en gros, vous êtes de très bons acteurs qui vous suffisez à vous-mêmes pour emporter le public) eh bien une presta sans décor ni accessoire, ça risque de ne pas être suffisant.

Ako et Kalimshar lors de leur sélection à Japan Expo? Photo de Cooladn

Ako et Kalimshar lors de leur sélection à Japan Expo? Photo de Ne8

n8e

Le temps d’installation est limité ! (Pareil, voir le règlement). Prévoyez donc que vos décors et accessoires soient posés en un temps minimum. Posez ce que vous pouvez vous-même afin d’éviter les quiproquos avec le staff (français et japonais) demandez l’aide des accessoiristes pour ce que vous ne pouvez vraiment pas faire vous-même et qui est simple et clair à installer.

Faites des décors et accessoires solides et démontables ! Les accessoiristes ne les ont pas conçus ! Ils ne peuvent pas savoir que c’est plus fragile en le prenant par tel ou tel endroit. Faites au mieux pour que tout soit bien maintenu et sinon, soyez le plus clair possible avec le staff. Faites des décors et accessoires démontables… ça doit pouvoir prendre l’avion !

Comme pour tous les concours : pas de remplissage ! Si votre histoire tient en 2min, pas la peine de rajouter 30 secondes « parce qu’on a le droit ». Comme pour tous les concours, les feux d’artifices, lancer/laisser des choses sur scène, les confettis, la farine, etc, sont interdits.

Pareil que pour les costumes. Les décors et accessoires vont être vus sur scène et au travers d’un écran. Il faut que ça soit bien fait, visible et visuel ! Pas de décor branlant, pas de trucs rikiki qu’on voit pas à plus de 2 mètres, pas de trucs « moches » (désolée je manque de vocabulaire sur ce coup…) La qualité du décor n’est pas notée, mais clairement c’est normal qu’un décor foireux soit pénalisant alors qu’un beau décor (utile et intéressant) sera valorisant.

Pareil que pour les costumes, le jury sera plus sensible à une prestation originale qu’à une prestation « déjà vue ». Cherchez de nouvelles idées, j’ai envie d’écrire « les rubans c’est has been » mais non en fait :p, tout dépend comment on les utilise ^^.

Le Reste !

Je l’ai dit au début, le WCS n’est pas qu’une finale. C’est une semaine complète d’événements stressants (et géniaux) avec des dizaines d’autres personnes venues du monde entier. L’image que donnera l’équipe de France doit être bonne.

Voici ce qui rentre en compte en cas d’indécision du jury :

-Les costumes de parade/d’interview : ils doivent être prêts et choisis avant la sélection à JE. Ils doivent si possible être assortis mais ce n’est pas obligatoire. Ils doivent bien sûrs être japonais. Même simples (car il y aura peu de place dans la valise) ils doivent être bien faits. Ils doivent être mettables par 40°C et 50% d’humidité. En gros, inutile de nous présenter dans le dossier un costume type mascotte …

L'équipe de France en 2012 : Ally et Ashan lors de la parade

L’équipe de France en 2013 : Ally et Ashan lors de la parade

-Le comportement : C’est malheureux mais pour envoyer une équipe représenter la France au Japon dans moins de 3 semaines, il faut être sûrs que tout se passera bien. Qu’il n’y aura pas de « divorce » entre les 2 participants, qu’ils sauront être prêts à l’heure, qu’ils auront le sourire quoi qu’il arrive (et encore une fois, c’est une semaine stressante…), qu’ils seront fairplay en cas de défaite ou de ratage sur scène (l’annonce des résultats se fait en direct, interdiction de faire un scandale ou de fondre en larme). C’est bien dommage de faire rentrer un critère « personnel » en compte mais en cas d’égalité, le jury se posera la question de l’équipe qui donnera la meilleure image du cosplay français. Voilà, il faut le savoir… si vous êtes une drama-queen et que vous tentez le concours, vous devrez surpasser de loin les autres équipes pour qu’on prenne le risque de vous envoyer ^^. C’est possible ! Mais vous devez tout déchirer pour que le jury ne doute pas une seconde que vous êtes le bon choix.

Contrairement à l’idée reçue, il n’y a plus depuis des années de critères de« good-looking » (on a d’ailleurs vu un italien bedonnant de 40 ans gagner la finale !).

Contrairement à une autre idée reçue, on ne cherche pas forcément un type de presta/costume en particulier. Le fait est que les costumes « jolis »(au sens pasbadass/passexy/pasouffissimes) sont récurrents dans les sélections car ils permettent plus facilement de bouger, d’arriver à l’équilibre presta/costume. Ils sont souvent propres et fidèles et ont laissé plus de temps aux participants pour préparer la presta. Mais SVP, ne restez pas sur ce modèle, proposez d’autres choses. Il n’est pas impensable de gérer une bonne presta WCS avec des costumes badass (ça se fait pour d’autres pays, ça se fait pour l’ECG… c’est possible !)

En 2009 certaines des animations ce sont déroulées sous la pluie !

En 2009 certaines des animations ce sont déroulées sous la pluie !

Contrairement à encore une idée reçue, il n’y a pas de copinage. En 2008 nous étions inconnues au bataillon, idem pour les sélectionnées 2012. Là, vous allez me dire « oui mais du coup le critère de comportement ? », et je répondrai que ce critère n’arrive qu’en cas d’indécision du jury. Si le jury n’a pas de doute quand à la meilleure équipe, il ne va pas chercher midi à quatorze heures.

Ce n’est pas parce que vous ne gagnez pas une année que vous n’avez pas le niveau ! Il faut savoir accepter que le Jour J à l’instant T, d’autres ont pu être meilleurs que vous. C’est la dure loi de ce concours où il n’y a qu’un seul prix : le gagnant. Aussi, préparez-vous autant pour la victoire que pour la défaite.

Enfin, faites confiance au jury. Il est composé de cosplayeurs expérimentés et impartiaux. Les débats sont souvent longs et riches pour prendre une décision finale mûrement réfléchie.  Respectez-là.

Sur ce bonne chance et surtout bon courage aux candidats.

Nikita.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *